Publie le 2016-09-30 19:27:00

ABINAN KOUAKOU AUX ENSEIGNANTS GREVISTES : Vous avez 2 choix ; La Démission ou La Radiation




Le débat sur la réinstauration des cours du mercredi, à l’origine du bras de fer entre Kandia Camara et des enseignants, a resurgi ce jeudi au cours d’une cérémonie de don de la coordination des syndicats du ministère de l’économie et des finances et du budget (Cosymefci) , aux structures sanitaires des administrations financières.

Le ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration, co-parrain de la cérémonie, a profité de l’occasion pour évoquer ce sujet qui fait grand bruit dans le milieu scolaire en ce début de rentrée.

Révélant le contenu d’une réunion qu’il a eu avec le Mouvement Ivoirien pour la Défense et les Droits des instituteurs (MIDD), Pascal Abinan Kouakou tout en rappelant le rôle des syndicats, a indiqué que l’Etat ne pouvait tolérer toute défiance de leur part.

« Les syndicats sont nécessaires à la contribution de l’évolution du monde de travail. Le syndicalisme est reconnu par la constitution », a-t-il rappelé, et de poursuivre. « Mais les syndicats ne doivent pas être au-dessus des lois. Parce qu’avant d’être syndicaliste, on est d’abord un agent de l’Etat. Les syndicats doivent respecter les autorités. Aucun Etat responsable ne peut accepter une défiance. ».

Selon lui, c’est seulement par la négociation avec la manière, qu’on peut obtenir ce que l’on souhaite.
« Ce n’est pas par la défiance des autorités, qu’on peut obtenir ce que l’on veut », a-t-il indiqué avant de dévoiler ce dont il a parlé avec le MIDD, ce jeudi 29 Septembre au cours d’un entretien.

« J’ai rencontré ce matin le plus important syndicat de l’éducation de base à propos des cours de mercredi. On a tous fait les cours de mercredi et samedi. Donc on travaillait 6 jours sur 7.
L’enseignement primaire a besoin d’être relevé. Les résultats sont en deçà. Une mesure prise en conseil des ministres et entérinée par le chef de l’Etat, le MIDD dit non.
Ce que nous ne pouvons pas accepter. C’est de la défiance. Ma collègue a dit riposte sauvage et inoubliable, moi j’ajoute radiation »
, a indiqué le président du conseil régional d’Agnibilekrou.

Et d’ajouter : « Celui qui ne veut pas travailler c’est son choix. Il a deux options. Soit il démissionne, ou si moi en tant que ministre de la fonction publique, je constate son absence, il sera radié.
Je l’ai dit au village l’autre jour, celui qui n’est pas d’accord peut aller se pendre. L’Etat a décidé de renforcer les capacités d’apprentissage des élèves.
Les syndicats existent c’est normal, mais qu’ils comprennent qu’ils sont dans un Etat de droit. Dans un Etat de droit, il n’y a pas de défiance aux autorités. Aucune défiance à l’Etat ne peut être tolérer »
.

Pour conclure, il a estimé que « Tous les problèmes trouvent des solutions dans la négociation et dans la paix sociale.».

Jusqu’où ira ce bras de fer entre enseignants du primaire et le gouvernement ?? Wait and See…

Suivez nous Sur Facebook en cliquant ici







Partager sur Facebook


Pour + d'Infos Cliquez ICI

Table(s)